L'affaire Benalla, qui met en cause un collaborateur du gouvernement Macron pour des faits de violences, compte un nouveau protagoniste. Qui est Vincent Crase, identifié sur la vidéo choc ? 
AFP

Affaire BenallaGate : qui est l'autre homme impliqué ?

L'affaire d'Alexandre Benalla, du nom de chargé de mission à l’Elysée, n'a pas fini d'agiter la sphère politique. D'autant que depuis les révélations du Monde, les médias s'intéressent également à un autre homme : Vincent Crase. C râne rasé et lunettes vissées sur la tête, il apparaît également sur les vidéos amateures, dans lesquelles ils ont été identifiés.

D’après Bruno Roger-Petit, porte-parole de l’Elysée, Vincent Crase est un gendarme réserviste, originaire de l’Eure. Reconverti dans le secteur de la sécurtié privée, selon le Huffington Post, il est p roche d’Alexandre Benalla, avec qui il a créé, en avril 2016, une Fédération française de la sécurité privée, qui n'existe plus, d'après les informations du Monde

Vincent Crase est employé de La République en Marche, et serait toujours "agent d’accueil" au sein du parti majoritaire, d'après Christophe Castaner, délégué général de LaREM. 

Ce dernier a indiqué, sur CNews avoir discuté avec Vincent Crase. "Il ne comprend pas son geste. Il a présenté ses excuses mais ça ne suffit pas", a-t-il dit, avant d’ajouter qu’il n’avait pas les éléments nécessaires pour licencier le gendarme réserviste. 

Le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb a condamné leur geste, qui "nuit à l’image et au professionnalisme des forces de l’ordre". Il a souligné que les deux hommes ne disposaient que d'un "droit d'observation" et qu'ils n’avaient aucun droit d’intervenir. 

Le ministre de l'Intérieur a ajouté avoir demandé à l’Inspection Générale de la Police Nationale (IGPN), la “police des polices”, de faire toute la lumière sur cette affaire.

A lire aussi: Affaire Benalla : Une affaire d'état pour Emmanuel Macron 

Alexandre Benalla et Vincent Crase : déjà connu pour des faits de violences extrêmes

Ainsi que le rapporte Franceinfo, Vincent Crase a également assurer la sécurité d'Emmanuel Macron lorsqu'il était candidat.  

Comme Alexandra Benalla, Vincent Crase fait l’objet d’une enquête préliminaire, ouverte par le parquet de Paris pour "violences par personne chargée de mission du service public, usurpation de fonctions et usurpation de signes réservés à l'autorité publique", d’après BFM TV

Face à cette polémique, le silence d’Emmanuel Macron se fait de plus en plus lourd. L’Elysée a annoncé qu’aucune prise de parole du chef de l’Etat n’est prévue, pour le moment.

Des procédures de licenciement ont d'ores et déjà été émises, à l'intention d'Alexandre Benalla, qui est en garde à vue, selon LCI. Vincent Crase a été placé en garde à vue pour "violences en réunion par personne chargée d'une mission de service public et usurpation de fonction", d'après Europe 1.   

Retrouvez vos produits et commandez en ligne ! High-Tech, Cuisine & Maison et Bien-être, retrouvez nos offres !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.