Les juges d'instruction ont décidé de faire sortir Nordahl Lelandais de sa cellule pour l'interroger, ce mardi 16 juillet 2019. Il est mis en examen pour le meurtre de Maëlys de Araujo et l'assassinat du caporal Arthur Noyer, en plus d'être poursuivi pour des faits d'agressions sexuelles sur ses cousines.

Il vient de quitter sa cellule. Ce mardi 16 juillet 2019, les juges d’instruction ont décidé d’interroger le maître-chien, mis en examen pour le meurtre de Maëlys de Araujo et l’assassinat du caporal Arthur Noyer. Jusqu’à présent détenu dans la prison de Saint-Quentin-Fallavier (Isère, Auvergne-Rhône-Alpes), il a rejoint – sous bonne escorte, précise Le Dauphiné Libéré – le palais de justice de Chambéry (Savoie, Auvergne-Rhône-Alpes). D’après les informations du quotidien régional, qui a publié sur son site une vidéo, deux voitures de la gendarmerie chaperonnaient le prisonnier.

Les juges d’instruction qui ont fait sortir le trentenaire du Domessin sont ceux chargés du dossier Noyer, que l’ancien militaire a reconnu avoir tué, dans la nuit du 11 au 12 avril 2017. Ils souhaitent le questionner au sujet du déroulé des événements.

Cet interrogatoire, dont les premiers éléments ne paraîtront pas immédiatement dans la presse, fait suite à une première reconstitution de la nuit du meurtre, organisée à la mi-mars, rappelle le journal national La Croix (article payant).

Nordahl Lelandais : poursuivi pour des faits d’agressions sexuelles sur ses petites cousines

Confronté aux recherches des enquêteurs et aux preuves qu’ils ont été en mesure de fournir, Nordahl Lelandais a fini par multiplier les aveux. Il a, rappelle RTL, reconnu avoir tué Maëlys de Araujo, 8 ans, comme le caporal Arthur Noyer. Il a aussi avoué avoir agressé sexuellement ses deux petites cousines, âgées de 4 et 6 ans. C’est notamment parce que les faits ont été filmés qu’il a pu être percé à jour.

Depuis des mois déjà, la cellule Arianna travaille à la reconstitution du passé du mis-en-examen, dans le but de potentiellement connecter les disparitions étranges et son parcours. Au total, après s’être penchés sur 900 dossiers, les forces de l’ordre en charge de l’affaire en ont sélectionnés 40, susceptibles de poser question.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.