Au-delà de l'indigné qu'il fut, un « hors-série » consacré à l'auteur des Rougon-Macquart propose de revisiter une œuvre labyrinthique avec, pour guides, deux éminents spécialistes : Eléonore Reverzy et Alain Pagès.
Zola, écrire pour résister

Hors-série. Le 5 janvier 1895, Emile Zola dîne chez son ami, l’écrivain Alphonse Daudet. Le petit gamin d’Aix, ivre de réussite sociale depuis la mort accidentelle de son père, est désormais, à 55 ans, un écrivain reconnu, soucieux de son rang dans le monde des lettres et attentif à son train de vie. Il a terminé deux ans auparavant les Rougon-Macquart, vaste fresque en vingt-deux volumes d’une famille sous le Second Empire, qui le place dans la lignée de Balzac et d’Hugo.

Léon Daudet, le fils d’Alphonse, un journaliste, proche d’Edouard Drumont et de Charles Maurras, polémistes d’extrême droite, raconte, au cours du repas, en termes insupportables, la dégradation, dans la cour des Invalides, du capitaine Dreyfus condamné pour haute trahison. Emile Zola s’indigne. II est impossible pour ce républicain acharné, de tolérer le moindre antisémitisme qu’il perçoit comme une menace contre la démocratie.

Dans la foulée de cette soirée, lui qui avait tourné le dos au journalisme de ses débuts, rédige dans Le Figaro deux tribunes (« Pour les Juifs » et « Le Syndicat »), où il fustige l’antisémitisme en cours dans...

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !