Les sondages en font le mieux placé à droite, mais son programme présidentiel comporte de nombreux angles morts. Question de temps, rétorque-t-on dans le camp du candidat déclaré, bien décidé à perturber le duel Macron-Le Pen.
Xavier Bertrand pense-t-il ?

Quand ils ont Xavier Bertrand au bout du fil, ses interlocuteurs entendent en général un bruit de route en fond sonore. Auparavant, le quinquagénaire sillonnait sa région des Hauts-de-France, installé à l’arrière d’un monospace noir. Désormais, c’est dans tout le pays qu’il compte rouler. Cette semaine, il remontait la côte ouest, de Nantes à la Normandie. Pas pour tenir de grands meetings, plutôt de petites réunions. « C’est pour tester les propositions qui sont au cœur de mon projet et sentir si elles sont raccord avec le terrain » expose-t-il au téléphone. Et l’on entend le bruit de la route.Parlons-en, de ce projet. Parce que s’il ne parvient pas à perturber le duel Macron-Le Pen dans les sondages, Xavier Bertrand n’en est pas moins le mieux placé à droite. Or, pour l’instant, son programme se résume surtout à des slogans. Prenez son discours de victoire au second tour des régionales, à la fin de juin. Le voilà qui compatit avec « les silencieux, les invisibles, les oubliés » prône « le rétablissement de l’ordre et du respect » et souhaite que « le travail paie à nouveau ». Sans oublier « la République des territoires » cette formule magique censée combattre le « centralisme...

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >