Courses italiennes annulées, équipes confinées à Abu Dhabi : le sport cycliste, par son organisation et la proximité avec le public, est fragile face aux épidémies.
Voyages incessants et promiscuité : le cyclisme, cible idéale pour le coronavirus

Ils sont toujours entre deux avions, tapent dans les mains des spectateurs et se passent un stylo unique pour signer la feuille d’émargement, toussent, se déplacent à 180, boivent au bidon préparé par d’autres et vivent dans des cars et chambres climatisés… Dans la liste des hantises du cycliste, le virus se hisse assez haut. Sans surprise, le cyclisme est le premier sport à dérailler sous l’effet de l’épidémie mondiale de coronavirus.

Depuis le 27 février et jusqu’au 14 mars, trois équipes sont partiellement confinées dans un hôtel d’Abu Dhabi, où six cas de coronavirus ont été confirmés par le ministère émirati de la santé en marge de la course UAE Tour, elle-même écourtée à deux jours de l’arrivée.

Mercredi 4 mars, l’une des meilleures équipes mondiales, l’Australienne Mitchelton-Scott, a annoncé une décision radicale qui pourrait donner le ton : ses coureurs, hommes et femmes, ne participeront à aucune course d’ici le 22 mars. Y compris Paris-Nice, qui doit s’élancer dimanche des Yvelines, comme l’a confirmé la ministre des sports Roxana Maracineanu mardi.

Le cyclisme n’est pas heureux : en...

Comment bien choisir sa mutuelle senior ? - Obtenez votre guide Mutuelle Senior 2020 dès maintenant

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !