Selon sa mère, Hadi Matar, inculpé pour la tentative d'assassinat de Salman Rushdie, était revenu « changé » d'un voyage au Liban. Elle le décrit comme taciturne et très religieux. Ses posts sur les réseaux sociaux laissent entrevoir un partisan de l'islamisme chiite.
Voyage au Liban, admirateur de Khomeyni : le profil très religieux de l'agresseur de Salman Rushdie

On en sait un peu plus sur l'agresseur de Salman Rushdie, poignardé à plusieurs reprises lors d'une conférence dans l'État de New York, le 12 août dernier. Hadi Matar, l'agresseur de l'écrivain, était revenu « changé » d'un voyage au Liban, en 2018. Le jeune homme de 24 ans était allé visiter son père, originaire de Yaroun, dans le sud du pays. Depuis son retour, le jeune Américain vivait cloîtré dans le sous-sol de la maison familiale, selon sa mère qui témoigne dans le Daily Mail.À LIRE AUSSI : Salman Rushdie, un écrivain en lutte contre "la mafia des religions"Cette Libanaise, qui vit aux États-Unis depuis une vingtaine d'années, décrit son fils comme religieux et taciturne. Il lui reprochait notamment de ne pas lui avoir donné une éducation musulmane plus stricte. « Il dort le jour et se réveille et mange la nuit. Il habite au sous-sol. Il cuisine sa propre nourriture. Une fois, il s'est disputé avec moi et m'a demandé pourquoi je l'avais encouragé à faire des études plutôt qu'à se concentrer sur la religion », explique cette assistante d'éducation de 46 ans au média britannique.Les autorités communiquent au compte-goutteQue s'est-il passé lors de ce voyage au Liban ? Hadi...