L'actrice de 53 ans incarne une chanteuse reconvertie dans le milieu hospitalier dans le nouveau film de Marion Laine. Porté par un casting convaincant, le film ne parvient cependant pas à se démarquer des codes de séries télévisées. 
"Voir le jour" : Sandrine Bonnaire, auxiliaire sous pression d'une maternité à flux tendu

Réalisatrice discrète du cinéma hexagonal (son dernier film, À coeur ouvert, date de 2012), Marion Laine redirige Sandrine Bonnaire dans Voir le jour, son troisième long-métrage, après Un coeur simple en 2008. L'actrice y incarne Jeanne, une ancienne rockeuse ayant posé guitares et perruques pour enfiler la blouse d'une auxiliaire de maternité. Les questionnements intimes sont au centre du film, mais aussi cette vie d'hôpital malmenée par des conditions de travail qui s'éffritent. En ressort un film aimable, mais un peu trop justement, la narration collant de près les codes de certaines séries télévisées.

Une toile de fond politique

En immersion, on rentre dans cette maternité en sous-effectif comme on pourrait rentrer dans un commissariat ou une école, le flux tendu de cette institution est au coeur du film dès le début, entre velléités de grèves et résignation de l'équipe. Le manque de moyens surtout, la surexploitation des employées et les combines qui vont avec. Le sous-texte politique du tableau est manifeste, c'est la partie la plus réussie aussi, le film sortant en salle dans un contexte de crise hospitalière qui s'éternise depuis des mois....

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !