RÉACTIONS - Coup de tonnerre ce vendredi matin : Benjamin Griveaux renonce aux municipales parisiennes. La campagne électorale vire au cauchemar pour En Marche. Mais qu'en pensent celles et ceux qui, jusqu'ici, ont fait campagne à ses côtés ?
"Une sale crasse", "une épreuve" : les militants pro-Griveaux sonnés après la déflagration

"Au-delà du candidat, c’est un homme qu’on détruit", "Une méga boule puante", "On réduit nos combats à de la politique de caniveau"… Les militants LaREM, fervents soutiens de Benjamin Griveaux, continuent de l’être après l'annonce ce vendredi de son retrait des municipales parisiennes. Exemple avec Corentin, jeune adhérent LaRem ayant tracté ces trois derniers mois pour Benjamin Griveaux dans le 2e arrondissement. "Il a été une victime d’une sale crasse, on ne combat pas des idées en s’attaquant à l’homme, ce n’est pas lui le coupable dans cette affaire, c’est sur ceux ayant fait tomber Griveaux de cette façon que l’opprobre doit être jeté", faisant référence au "revenge porn", cette vengeance pornographique passible de 2 ans d’emprisonnement et 60 000 euros d’amende par l’article 226-2-1 du Code pénal modifié par la loi pour une République numérique. Condamnation également pour l'ancien candidat à (...)

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !