POLICE - Une jeune femme a été retenue quatre heures en garde à vue à Toulouse pour répondre d'une banderole accrochée à son domicile, proclamant "Macronavirus, à quand la fin ?"
Une jeune femme placée en garde à vue pour une banderole "Macronavirus, à quand la fin ?"

C'était, au départ, la légende d'une caricature publiée en janvier par Charlie Hebdo. C'est devenu, durant le confinement, le message inscrit sur une banderole déployée sur le mur du jardin d'un pavillon toulousain. "Macronavirus, à quand la fin ?", pouvait-on y lire. Elle a poussé la police à intervenir, une première fois le 21 avril pour demander aux résidents de la décrocher, ce à quoi ils ont obtempéré. Une seconde pour remettre une convocation à l'une d'entre eux ayant accepté de s'identifier. La jeune femme a passé quatre heures en garde à vue le 23 avril, au motif "d'outrage", pour être ensuite relâchée sans suites immédiates, a révélé vendredi 24 avril son avocate, Me Claire Dujardin. "L'infraction n'est pas constituée, on est plutôt sur du renseignement, de la police politique", dans "un contexte où l'on ne peut plus manifester", a ajouté la juriste. De son côté, le NPA-31, section locale du Nouveau Parti (...)

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !