L'ancien artisan de la victoire de Macron en 2017 était cité comme témoin ce 27 septembre pour évoquer « l'affaire dans l'affaire ». En 2018, un commissaire de CRS a tenté d'allumer un contrefeu avec des images qui pouvaient justifier l'intervention d'Alexandre Benalla le 1er mai sur la place de la Contrescarpe. Des images qui auraient ensuite été transmises à Ismaël Emelien.
"Une affaire d'État" : au procès Benalla, l'ex-conseiller de Macron, le commissaire et la vidéo

Le témoin s’avance vers la barre du tribunal correctionnel avec cet air un peu gauche qu’ont tous ceux qui n’ont pas l’habitude de cette arène. Il s’installe en se trompant de côté, se sachant scruté par tous les yeux de la salle d’audience. L’homme qui jure de dire toute la vérité s’appelle Ismaël Emelien. Quasi inconnu du grand public, il est l'un des principaux artisans de la victoire d’Emmanuel Macron à la présidentielle de 2017. Cet homme de l’ombre de 34 ans a été le stratège de sa campagne éclair. À l’Élysée, il a été nommé « conseiller spécial », en charge de « la stratégie, l’opinion, et la communication digitale ».Il est 20 h 34, ce lundi 27 septembre. Emelien est enfermé dans la salle des témoins depuis 13 h 30. Cela fait sept heures qu’il poireaute, cité à comparaître dans ce procès par la défense d’Alexandre Benalla. Et pourtant, le témoignage qu’il s’apprête à livrer va s’avérer accablant pour l’ancien chargé de mission de l’Élysée. Au cœur des débats ce lundi, l’affaire dans l’affaire, une vidéo extraite illégalement de la préfecture de police dans la nuit du 18 au 19 juillet 2018, le jour de la révélation par Le Monde de l’épisode place de la Contrescarpe, du...

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >