Comme ses deux prédécesseurs, Emmanuel Macron remanie à l'issue du scrutin municipal. En empruntant à l'un et à l'autre
«Un remaniement en même temps à la Sarkozy et à la Hollande». La tribune de Laurent Fary (Epoka)

Comme ses deux prédécesseurs, Emmanuel Macron remanie à l’issue d’un scrutin municipal désastreux pour son camp. En leur temps, Nicolas Sarkozy et François Hollande avaient connu pareille déconvenue électorale avant de faire évoluer leur dispositif gouvernemental. Selon des logiques toutefois bien distinctes.

Le premier, face à la nette victoire de la gauche en mars 2008, choisit de relativiser la portée nationale du vote exprimé par les Français, estimant « peu opportun » de « renouveler en profondeur » son gouvernement. Résultat : une équipe ministérielle quasiment inchangée, mais renforcée par l’arrivée de six nouveaux secrétaires d’Etat proches du pouvoir, avec notamment l’entrée des deux porte-parole de l’UMP. Oubliés les engagements originels d’une « équipe resserrée », de « l’ouverture » ou de la « rupture ». L’enjeu est avant tout de remobiliser son propre camp en donnant des gages à chacune de ses sensibilités, quitte à faire l’impasse sur les enseignements d’un rendez-vous électoral calamiteux.

Mars 2014 : à son tour, François Hollande voit les siens essuyer une sévère défaite lors des municipales....

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !