Le prolifique cinéaste japonais Takashi Miike filme les tribulations nocturnes, hilarantes et terrifiantes, de deux damnés.
Un « premier amour » pour personnages au bout du rouleau, sur OCS City

OCS CITY - JEUDI 2 JUILLET À 20 H 40 - FILM

Actif depuis le début des années 1990, Takashi Miike est au cinéma japonais une sorte de phénomène, un réalisateur surproductif qui tourne comme il respire. Il lui arrive même d’abattre plusieurs films par an, jusqu’à sept ou huit dans les meilleurs cas.

Tout n’est pas toujours bon à prendre, mais les curiosités, aberrations et bonnes surprises surviennent assez pour faire de Miike un artiste à suivre. Il arrive aussi parfois qu’y surnagent de franches réussites, comme ce First Love, présenté en mai 2019 à la Quinzaine des réalisateurs, à Cannes, dont le titre de bluette (« premier amour ») cache en fait un polar délirant sur fond de guerre des gangs.

Il n’y a pas exactement tromperie sur la marchandise. Le film comporte bien une histoire d’amour, mais tout ce qu’il y a de moins romantique, car advenant entre deux personnages au bout du rouleau : un boxeur se découvrant condamné par une tumeur au cerveau et une toxicomane prostituée par la mafia pour éponger les dettes de jeu d’un père abusif.

Un Japon urbain gangrené

Leo (Masataka Kubota) et Monica...

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !