L'ancien moine expose jusqu'au 23 février une quarantaine de ses oeuvres dans le cadre du 26e festival international des Cinémas d'Asie.
Un moine tibétain, maître de thangka et de calligraphie, expose ses œuvres à Vesoul

Tashi Gentsen a fui son pays, le Tibet, en 2011 pour s'installer en France. C'est un réfugié politique mais c'est aussi un m aître dans l'art du thangka, ces images religieuses boudhiques que les moines tibétains utilisent comme support visuel pour leur méditation. Ces peintures sur toile de coton, de lin ou de soie, remontent au Xe siècle et sont encore très populaires.

Aujourd'hui,Tashi Gentsen mène presque une vie d'ascète pour se consacrer à cet art très codifié et d'une grande précision. Il utilise de la toile de jute pour créer ses images religieuses boudhiques.

C'est énormément de travail, c'est un travail minutieux, on est là, sans parler,

Tashi Gentsen

Maître de Thangka et de calligraphie tibétaine

Quarante oeuvres exposées

Au Tibet, Tashi Gentsen, entré au monastère Karma Kagyu à l’âge de 8 ans, a étudié la spiritualité traditionnelle tibétaine en même temps que la peinture, la sculpture et la couture traditionnelle monastique, jusqu'à l'âge de 24 ans. Il restaurait déjà les documents sur des tissus qui avaient été enterrés lors de l'invasion des Chinois pour ne pas les voir détruire.

Quanrante de ses oeuvres sont donc exposées à la...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !