Un quotidien d'Atlanta a dénoncé jeudi le portrait "choquant" et "faux" d'une de ses rédactrices brossé par Clint Eastwood dans son dernier film, "Richard Jewell", qui insinue qu'elle avait couché avec un policier en échange d'informations.
Un film qui "invente des faits de toutes pièces" : controverse autour du dernier film de Clint Eastwood sur les JO d'Atlanta

Tiré d'une histoire vraie, Le Cas Richard Jewell raconte l'histoire de cet ancien policier, d'abord célébré en héros pour avoir trouvé le sac à dos contenant un engin explosif à Atlanta pendant les Jeux olympiques d'été de 1996. L'explosion avait fait deux morts et plus de cent blessés.

Même si son alerte avait permis de mettre à l'abri des centaines de personnes, Richard Jewell, 33 ans à l'époque, avait très vite été présenté comme un suspect par les médias, sous un jour peu flatteur, sans qu'il ne soit jamais arrêté ou mis en examen. Kathy Scruggs, de l'Atlanta Journal-Constitution (AJC), faisait partie des journalistes qui avaient rapidement établi que Richard Jewell était considéré comme un "suspect" par le FBI (police fédérale), qui l'avait finalement innocenté trois mois plus tard.

"Choquant, faux"

Dans Le Cas Richard Jewell, Kathy Scruggs, interprétée par l'actrice Olivia Wilde, est montrée en train de proposer une relation sexuelle à un agent du FBI en échange de l'identité du suspect, ce qu'ont formellement démenti son journal et ses collègues de l'époque. Mme Scruggs est décédée en 2001.

"Le portrait de notre reporter est...

En participant à notre grand jeu de l'été, remportez des chèques cadeaux d'une valeur de 500 € et un mois gratuit à notre offre de divertissement Hedony !