ON FAIT LE POINT - Une étude menée par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé sur la vente de plus de 3 millions de boîtes de Plaquenil® a cherché à déterminer le niveau de dangerosité du traitement à base d'hydroxychloroquine. En trois ans, deux décès auraient été comptabilisés.
Un collectif de médecins cite une étude de l'Agence du médicament pour prôner l'usage de la chloroquine

L'hydroxychloroquine est-elle dangereuse pour la santé ? Ce traitement déchaîne les passions depuis que le professeur Raoult au CHU de La Timone, à Marseille, a prôné ses effets salvateurs face au coronavirus, lorsqu'il est associée à l’azythromycine. Aussitôt, les autorités sanitaires ont tiré la sonnette d'alarme :  plusieurs cas de toxicité cardiaque ayant parfois nécessité une hospitalisation en réanimation ont été signalés dans l'Hexagone. Faut-il ou non laisser les médecins proscrire de l'hydroxychloroquine, connue en France sous le nom de Plaquénil® ?

 L’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) a mené une étude sur les effets secondaires de la chloroquine à partir des données des ventes de 3.987.854 de boîtes entre le 01 janvier 2017 et le 31 décembre 2019, comprenant à l'intérieur 30 comprimés dosés à 200 mg. Les données de pharmacovigilance comportent, sur la période, 312 (...)

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !