Le numéro 2 du groupe, Serge Hascoët, a choisi de démissionner de son poste de directeur créatif, tout comme la responsable monde des ressources humaines, Cécile Cornet
Ubisoft plonge en Bourse après le départ de cadres dirigeants face à des accusations de harcèlement sexuel

Les marchés n’ont pas aimé la nouvelle. Ubisoft chute, lundi 13 juillet à la Bourse de Paris, après le départ de plusieurs cadres du groupe à la suite d’accusations de comportements inappropriés, que des articles de presse avaient précédemment décrites comme des accusations de harcèlement sexuel.

À 14 heures, le titre de l’éditeur de jeux vidéo recule de 5,37%, soit l’une des plus fortes baisses du Stoxx 600. Jefferies a dégradé sa recommandation sur le groupe français à conserver contre un précédent conseil à l’achat.

Culture toxique. Dans un communiqué publié dans la nuit de samedi à dimanche, l’entreprise indique que Serge Hascoët a choisi de démissionner de son poste de directeur créatif avec effet immédiat et que la responsable monde des ressources humaines, Cécile Cornet, a démissionné de ce poste « dans l’intérêt de l’unité du groupe ». Le dirigeant des studios canadiens d’Ubisoft a quitté lui aussi ses fonctions.

S’ils jugent le départ de ces responsables justifié, les analystes de Jefferies pensent également que le défi auquel est confronté Ubisoft est majeur dans ce qui semble être une culture...

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !