Le Premier ministre tunisien Elyes Fakhfakh était sous la pression du parti Ennahdha, qui souhaitait voter la défiance
Tunisie: la crise politique intensifiée par la démission du Premier ministre

La crise politique tunisiennee serenforce un peu plus. Le Premier ministre tunisien, Elyes Fakhfakh, a présenté, mardi 14 juillet, sa démission au président Kaïs Saïed, ont déclaré des sources de Reuters. Le chef du gouvernement a tiré les conséquences de la décision d’Ennahdha, principal parti de la coalition gouvernementale au pouvoir, de plaider en faveur d’un vote de défiance à son encontre.

Kaïs Saïed dispose désormais d’une semaine pour désigner un nouveau Premier ministre qui disposera à son tour d’un délai de deux mois pour former un nouveau gouvernement et le faire investir par le Parlement. Le gouvernement d’Elyes Fakhfakh n’aura tenu que cinq mois au pouvoir.

Mauvaise passe. Pour Kaïs Saïed, la démission du Premier ministre est un coup tactique qui lui permet de conserver le droit de nommer un successeur, indique Le Monde. Si la motion de censure visant Elyes Fakhfakh avait été adoptée, ce serait le parti islamo-conservateur Ennahdha qui aurait eu cette charge.

Le parti, qui comptait six ministres au gouvernement, était prêt à former une coalition instable et très hétéroclite pour destituer Elyes Fakhfakh. Pour...

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !