Jean-Paul Delevoye a finalement déclaré 13 mandats, dont 11 bénévoles et toujours actifs, au lieu des trois initialement annoncés. Une nouvelle qui fait grincer des dents l'opposition, et qui peut poser problème au haut-commissaire aux retraites.
Trois questions sur les treize mandats exercés par le haut-commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye

Le "monsieur retraites" du gouvernement risque-t-il de perdre sa place au gouvernement ? Le haut-commissaire aux retraites a finalement déclaré 13 mandats, dont 11 bénévoles, soit dix de plus que dans la version initiale, selon le journal Le Monde. Dans sa nouvelle déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATPV), Jean-Paul Delevoye revoit aussi à la hausse les sommes perçues pour ses deux mandats rémunérés.

Des omissions qui pourraient lui coûter cher : le manquement à ses obligations de déclaration est un délit passible de 45 000 euros d'amende et de trois ans de prison.

Quels sont ces mandats ?

Depuis 2017, Jean-Paul Delevoye était président d'honneur du think thank Parallaxe de Hep Education, un institut de réflexion sur l'éducation dépendant du groupe de formation IGS. Une fonction dont il a récemment démissionné. Autre activité rémunérée : de juillet 2016 à septembre 2017, il était conseiller du délégué général à IGS.

Le haut-commissaire aux retraites a aussi exercé 11 mandats bénévoles, la plupart non déclarés en premier lieu. Son poste de président de l’Observatoire régional de la commande publique...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !