Deux larges nappes d'hydrocarbures ont été repérées en mer après que le navire italien a sombré dans l'Atlantique, mardi. Les autorités craignent une pollution des côtes françaises.

« Nous suivons avec évidemment beaucoup, beaucoup, beaucoup d’attention la situation » : le premier ministre, Edouard Philippe, a tenu à montrer sa préoccupation face au risque de pollution des côtes françaises après le naufrage du navire roulier et porte-conteneurs Grande-America.

Deux jours après son naufrage, à 333 km à l’ouest de La Rochelle, deux nappes d’hydrocarbures ont été repérées par un avion de surveillance en direction des côtes françaises. Si l’ampleur de la pollution ne peut pas dépasser celle du naufrage de l’Erika par exemple (6 000 tonnes de fioul avaient été dispersées, en 1999, contre au maximum 2 200 tonnes pour le Grande-America), les objets présents dans les conteneurs ainsi que le carburant pourraient venir s’échouer, progressivement, sur le littoral atlantique.

Publicité
Publicité

Qu’est-ce qui a provoqué le naufrage ?

Parti du port allemand de Hambourg, le Grande-America se dirigeait vers Casablanca (Maroc) quand un incendie s’est déclaré dans un « garage », s’étendant à un pont supportant une partie des 365 conteneurs du navire. Ce dernier transportait par ailleurs de nombreux véhicules. Le capitaine a...

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :