Un an après l'arrestation au Japon de l'ancien PDG de Renault-Nissan-Mitsubishi, ses enfants signent une tribune. Ils estiment que leur père est "victime [d'un] système judicaire japonais cruel et injuste." Ils réclament un procès équitable.
TRIBUNE. "Un anniversaire que les enfants de Carlos Ghosn ne fêteront pas" : les quatre enfants du patron déchu alertent sur la situation de leur père

Il y a un an, le 19 novembre 2018, Carlos Ghosn, l'ancien patron de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, était interpellé par la police japonaise alors qu'il atterrissait à Tokyo. Libéré sous caution après 130 jours en détention, il est poursuivi pour "non-déclaration aux autorités boursières de rémunérations différées" et pour "abus de confiance aggravé". Il encourt jusqu'à 15 ans de prison. Le patron déchu, assigné à résidence dans sa villa de Tokyo dans l'attente de son procès, nie tout en bloc de même que ses proches. Dès les premiers jours, ils ont crié au complot.

Ses quatre enfants, Anthony, Maya, Nadine et Caroline Ghosn publient mardi 19 novembre 2019 une tribune "pour attirer l’attention sur un système juridique japonais à la fois cruel et injuste" qui "maltraite" leur père . Ils s'expriment ici librement.

Il était de tradition de fêter tous les anniversaires dans notre famille. Ce n’est plus vraiment le cas depuis quelques mois et ce ne sera pas du tout le cas pour l’anniversaire de ce jour. Il y a un an maintenant notre père, Carlos Ghosn, ancien Président-directeur général de Nissan, était piégé et arrêté au Japon. Il a...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !