Bâti autour de Fourchette, un jouet fait à partir de déchets, ce nouvel opus prolonge la magie de la saga qui dure depuis vingt-quatre ans
« Toy Story 4 » : road trip au pays des jouets vivants

CANAL+ - VENDREDI 3 AVRIL À 21 H 05 - FILM D’ANIMATION

Cette histoire, mine de rien, dure depuis vingt-quatre ans et on ne parvient toujours pas à s’en lasser. Inauguré en 1995 avec un premier film de John Lasseter, ce fleuron des studios Pixar – entre-temps rachetés par Disney, déjà coproducteur dès le premier opus – s’est transformé en une des franchises d’animation les plus appréciées et lucratives au monde. Ce succès tient au thème même qui rejoint une vieille rêverie enfantine : des jouets se mettant à parler et à vivre leur propre vie.

Vous avez dit Pinocchio (Disney déjà, ramollissant Carlo Collodi) ? Oui, mais aussi La Révolte des jouets (Hermina Tyrlova, 1946), Chucky - Jeu d’enfants (Tom Holland, 1988), ou Small Soldiers (Joe Dante, 1998). On ne sera pas surpris que ce retour à l’esprit d’enfance prenne deux grandes formes, celles de l’épouvante et celle de la féerie, revers de la même médaille infantile. Avec la particularité, pour Toy Story, premier dessin animé intégralement réalisé en images de synthèse, d’être intimement lié à l’avènement de la puissance numérique.

Ce sont donc...

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !