Le nom "Seveso" est connu comme étant une réglementation européenne sur les risques industriels. Mais ce terme provient en réalité d'une castastrophe qui a eu lieu il y a 43 ans en Italie, à Seveso. Reportage dans cette petite ville où les dioxines sont toujours présentes.
"Toute la journée il fallait se laver le visage, se laver partout" : 43 ans après, retour sur le drame de Seveso en Italie

Il ne reste plus que quelques murs de l'ancienne usine. A sa place, un terrain de sport et une piscine construite exactement sur l'emplacement du réacteur. C'est ici que sont enterrées, dans une vasque en béton, les déchets contaminés. Un peu plus loin, une autre vasque, bien plus grande, sur laquelle un parc a été planté en mémoire du désastre de Seveso.

Aujourd'hui, "Seveso" désigne une série de directives européennes sur les risques industriels. Mais derrière ce terme se cache une catastrophe qui a eu lieu il y a plus de 40 ans à Seveso, petite ville à une vingtaine de kilomètres au nord de Milan. Cette commune de 23 000 habitants a vécu un drame en 1976, lorsque des produits chimiques se sont échappés de l'usine ICMESA et qu'un nuage blanc s’est alors propagé. À l'époque, personne ne parlait du danger.

Giuseppe avait alors 16 ans, il se souvient que ses parents ne cessaient de lui dire de se laver : "Ils avaient peur d'être contaminés après que les dioxines se sont échappées. Mon père et ma mère demandaient des médicaments et toute la journée, il fallait se laver, se laver le visage, se laver partout. Au point qu'aujourd'hui, ils ont encore...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !