Les grossistes à Rungis suivent de près l'évolution de l'épidémie de Covid-19. À quinze jours de Noël, les incertitudes sont nombreuses avec notamment des annulations qui s'enchaînent pour les professionnels. Le marché de gros navigue à vue.
"Tout est annulé" : à Rungis, les commerçants s'inquiètent du manque de commandes pour les fêtes de fin d'année

Il est 5 heures du matin à Rungis en ce début du mois de décembre, Sylvain Giraud choisit des volailles qu'il vendra tout à l'heure sur le marché de Pantin comme d'habitude. Mais il ne choisit rien pour Noël, il n'y a toujours pas de commandes. "J'attends et on verra au dernier moment, explique-t-il. Nos clients nous disent beaucoup qu'ils ne seront pas là mais en famille. Il ne faut pas se leurrer, les gens vont partir énormément." C'est l'expérience qui parle quand le 25 décembre tombe un samedi.

Des cahiers de commandes vides

Autre incertitude, la pandémie de Covid-19 qui est toujours présente en France. "Effectivement, c'est une année compliquée, déplore Patrice Marna, directeur adjoint d'Avigros, l'un des poids lourds du pavillon Volailles. On pense qu'il y aura beaucoup de volailles élaborées, comme les rôtis déjà farcis ou de chapons. Donc, nous avons plein de recettes au foie gras, aux figues ou aux mangues. Ce sont des produits qui vont typiquement plaire pour les fêtes parce que ce sont des petits volumes pour trois, quatre ou cinq personnes."

La situation est encore plus compliquée pour Florence Hardi et ses produits gastronomiques. La patronne de...