La société doit verser le complément de la prime exceptionnelle, promise en 2018 par le PDG de Total, aux 200 salariés de la SASCA, entreprise filiale à 60 % de Total.
Total : un tweet du PDG conduit à faire condamner l’entreprise

Alors que dirigeants et patrons de grandes entreprises l’utilisent comme un outil de communication quotidien, Twitter s’est retourné contre l’un d’entre eux, devant le tribunal. D’après une information des Echos, un tweet de Patrick Pouyanné, PDG de Total, promettant une prime exceptionnelle à « tous les salariés », a contribué à faire condamner la maison mère, SA Total, devant le tribunal judiciaire de Créteil.

En décembre 2018, au cœur du mouvement des « gilets jaunes », le président de la république, Emmanuel Macron, avait déclaré que les entreprises allaient pouvoir accorder à leurs salariés une prime exonérée de cotisations sociales et d’impôt sur le revenu. Dans la foulée, Patrick Pouyanné avait alors annoncé sur Twitter, le 11 décembre 2018, le versement d’une « prime exceptionnelle de 1500 € pour tous [les] salariés en France ».

400 euros sur les 1 500 promis

Or les employés de la Société d’avitaillement et de stockage de carburants aviation (SASCA), pourtant une filiale à 60 % de Total, n’ont touché que 400 euros, sur décision de la direction. La CGT de l’entreprise, tweet à...

Préparer sa retraite ? Retrouver un emploi ? Découvrez l'accompagnement de nos formateurs !