Figures de proue de la nouvelle génération du tennis, Stefanos Tsitsipas et Alexander Zverev entrent en lice au Masters de Londres lundi. Sous les yeux de leurs mères, toutes deux ex-championnes soviétiques de la balle jaune.
Tennis : Stefanos Tsitsipas et Alexander Zverev, au nom de leurs mèresAFP

Au début des années 1980, de l’autre côté du Rideau de fer, deux joueuses incarnaient l’avenir du tennis soviétique : Julia Salnikova et Irina Zvereva, de trois ans sa cadette. « On a grandi ensemble. On jouait dans des clubs différents, mais entre tournois et entraînements, on a passé tellement de temps ensemble, se souvient la première, interrogée dans les travées de Roland-Garros au printemps. De Sotchi à Moscou, on écumait toute l’Union soviétique. »

Difficile alors d’imaginer que, près de quarante ans plus tard, leurs deux fils s’affronteraient au Masters de Londres, finale de la saison du tennis, qui a débuté dimanche 10 novembre. Sous les couleurs de la Grèce, pour l’un, de l’Allemagne, pour le second.

Stiopa et Sasha. S’ils ne sont pas vraiment amis sur le circuit, Stefanos « Stiopa » Tsitsipas et Alexander « Sasha » Zverev partagent plus d’un point commun. Figures de proue de la « Next Gen » appelée – qui sait - à renverser un jour les Nadal, Federer et Djokovic, le Grec (21 ans, numéro 6 mondial) et l’Allemand (22 ans, numéro 7), ont tous deux été façonnés par leurs mères – tout comme...

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !