Taille, espérance de vie, performances sportives… Le genre humain s'approche peu à peu des limites de ses capacités biologiques. Mais il pourrait bien revenir en arrière, sous les effets conjugués de la malbouffe, de la pollution et, en particulier, des perturbateurs endocriniens.
"Taille, espérance de vie : l’humanité peut-elle régresser ?"

Remontez cent vingt ans en arrière et faites un sprint contre un de vos aïeux : vous gagnerez probablement. Déjà, parce qu’il y a de fortes chances que vos jambes soient plus longues. En 1900, un Français mesurait en moyenne 1,66 m, contre 1,78 m aujourd’hui. Hasard évolutif ? Plutôt résultat de l’amélioration à une vitesse inédite de la qualité de vie des résidents de l’Hexagone tout au long du XXe siècle. Nous mangeons mieux, sommes mieux soignés, avons des vaccins… Bref, vous tirez surtout votre avantage d’un siècle de progrès scientifiques et médicaux qui ont permis à l’être humain d’exploiter au mieux toutes ses caractéristiques génétiques. Tout comme la taille moyenne de votre génération, votre espérance de vie dépasse largement celle de votre ascendant : de 45 ans en 1900, elle est désormais de 80 ans pour les hommes en France.À LIRE AUSSI : Jeux olympiques : pourra-t-on un jour courir le 100 mètres en 8 secondes ?Mais le progrès ne peut être illimité. Tout comme notre taille moyenne et notre longévité, nos performances sportives stagnent désormais. En 1912, le record du monde du 100 mètres était de 10,6 s, loin derrière les 9,58 s de Usain Bolt en 2009. Depuis, personne à...

Téléchargez votre guide mutuelle (gratuit) !