Les deux organisations ont lancé une pétition numérique commune contre la mesure gouvernementale, qui a déjà recueilli plus de 7 000 signatures.

Une alliance inhabituelle a vu le jour pour s’opposer au sort réservé aux cadres dans la réforme de l’assurance-chômage que devait présenter, mardi 18 juin, le chef du gouvernement, Edouard Philippe, et la ministre du travail, Muriel Pénicaud. La CFE-CGC, la confédération de l’encadrement, et l’UGICT, l’Union générale des ingénieurs, cadres et techniciens de la CGT, ont lancé, le 11 juin, une pétition intitulée « non à la dégressivité des allocations-chômage ». Celle-ci avait recueilli, mardi matin, plus de 7 000 signatures sur la plate-forme Change.org.

Dans son discours de politique générale, le 12 juin, à l’Assemblée nationale, M. Philippe a confirmé que l’allocation des chômeurs qui percevaient une rémunération élevée lorsqu’ils étaient en activité serait dégressive. L’exécutif se justifie en faisant valoir que le taux de chômage pour ces personnes est très faible et qu’il leur est plus facile de retrouver un emploi. Un argument qui ne passe ni pour l’UGICT ni pour la CFE-CGC, qui le jugent « populiste ».

C’est la première qui est à l’origine de cette initiative commune, et la seconde n’a pas...

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Vidéo : Sibeth Ndiaye : "Tout le monde ne mange pas du homard tous les jours, on mange plutôt des kebabs"