Cette "marche de la colère" unitaire partira ce mercredi vers 12h30 de la place de la Bastille, à Paris, pour rejoindre celle de la République.
Suicides, heures supplémentaires, réforme des retraites... Pourquoi les policiers manifestent-ils ?

Au tour des policiers de défiler dans la rue. A l'appel d'une intersyndicale inédite depuis près de vingt ans, ils s'apprêtent à manifester à Paris, ce mercredi 2 octobre, pour une "marche de la colère" sur fond de malaise de l'institution, de hausse des suicides et de réforme des retraites. De mémoire de syndicalistes policiers, on n'avait pas vu un tel appel unitaire depuis 2001. A l'époque, la mobilisation avait été provoquée par le meurtre de deux policiers au Plessis-Trévise (Val-de-Marne) par un braqueur récidiviste. Les organisations syndicales qui ont réussi l'union sacrée, tous corps et tous grades confondus, espèrent une mobilisation exceptionnelle de 15 000 à 20 000 manifestants, tant les motifs de mécontentement sont multiples. Passage en revue.

Une vague de suicides chez les policiers

La vague exceptionnelle des 49 suicides enregistrés depuis le début de l'année a servi de déclencheur au mouvement unitaire. Il s'agit d'"u ne forte poussée d’actes suicidaires jamais connue à ce niveau pour un effectif approchant les 150 000 policiers", analyse le média en ligne Miroir social. Mais la situation est sans doute plus grave encore. Car cet...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !