Les Français voudraient, nous dit-on, fuir la ville. Mais peut-être bien que, demain, celle-ci sera plus agréable à vivre qu'elle ne l'est aujourd'hui ? Passage en revue des changements que l'on pressent et qui attendent les urbains. (2/6)
Strasbourg, Marseille, Nantes : la ville partagée par tous, c’est possible

Remettre les citoyens au coeur de la cité en inventant des rues, des espaces publics novateurs, c’est le défi urbanistique que la France, minée par l’érosion de sa mixité sociale et la relégation de certains de ses quartiers, doit relever. Strasbourg, Bagneux, Nantes, Marseille, montrent la voie…À l’ouest, la dentelle de grès de la flèche de la cathédrale de Strasbourg s’estompe. Glissant vers l’est, le tramway tout en vitres de la CTS cingle vers la cité allemande de Kehl. Un bras du Rhin franchi, aux abords du port fluvial, le regard s’arrête sur un singulier théâtre d’architecture : sur le toit d’un immeuble de 30 m percé de lucarnes, pentu comme une piste noire, un couvreur évolue tel un acrobate. Hommage malicieux au style alsacien, l’ouvrage évoque le « Palais des bains » du Japonais Hayao Miyazaki. À ses pieds, sur ses flancs, renaît le quartier la « Coop », du nom de l’ancienne Coopérative d’entraide des Alsaciens, installée depuis 1911 sur ces 10 ha offerts par la mairie de Strasbourg. Menés par deux syndicalistes de la métallurgie, Jérôme et Zabka, ces pionniers portaient un idéal toujours désirable : offrir à tous des produits locaux en circuit court et à prix justes,...

Participez à notre grand jeu de l'été ! Remportez des chèques cadeaux d'une valeur de 500 € et un mois gratuit à notre offre de divertissement Hedony !