L'ANJ lance un groupe de travail afin de prévenir les risques de trop fortes expositions des joueurs aux opérateurs de paris sportifs, notamment dans le cadre des contrats de sponsorings qu'entretiennent les sites avec les clubs et équipes nationales.

Relayé sur son site internet, l'Autorité nationale des Jeux a affirmé avoir lancé un groupe de travail concernant les partenariats sportifs en lien avec des opérateurs de jeux. Avec 15 opérateurs de jeux agréés en France en juin 2022, l'ANJ souhaite rendre un rapport avant le mois de novembre et la Coupe du Monde au Qatar, vraisemblablement pour s'éviter une nouvelle débauche publicitaire des acteurs du pari sportif.

  • Sponsoring et paris sportifs : un marché porteur
  • ANJ : le spectre de l'Euro 2020 à éviter
  • ANJ : qu'attendre de ce groupe de travail ?

Sponsoring et paris sportifs : un marché porteur

Les logos des différents opérateurs de paris sportifs pullulent un peu partout dans les sphères sportives. De plus en plus de clubs de football arborent un logo à l'effigie d'un site de paris. Le PSG est ainsi soutenu par Unibet tandis que l'AS Monaco présente le logo du site Vbet. L'AS Saint-Étienne de son côté est sponsorisé par Zebet là où d'autres à l'image d'Angers SCO ou du FC Nantes n'ont pas encore opté pour un partenariat en lien avec le pari sportif.

Le marché est porteur et les publicités ont atteint leur paroxysme en 2021 lors de l'Euro qui, après une longue période de covid où les matchs avaient été gelés et a vu un montant de pari record être observé. C'est dans ce contexte d'effervescence autour du pronostic sportif que l'ANJ souhaite faire avancer son groupe de travail d'ici à la fin novembre...

ANJ : le spectre de...