Terrifiante obligation du bonheur ! Tragique béatitude du vacancier assigné au jouir ! La photographe canadienne Kourtney Roy, prolifique et multi-primée, nous offre chaque semaine un arrêt sur image, où elle entend donner « un grand coup de marteau sur les clichés des vacances ». Grisant ! (3/6)
Sous le soleil, bouffées de chaleur et bouffées de sexe

Adultère poisseux, amourette foireuse, grand élan sentimental sous tequila sunrise : les occasions estivales de passer à la casserole alors qu’on aurait mieux fait de se casser le pied ne manquent pas. En même temps, est-ce bien grave ?Le « moment d’égarement » estival, popularisé par un film culte de 1977 (Claude Berri/Jean-Pierre Marielle/Victor Lanoux : le rêve !) et victime d’un remake en 2015, est un classique immémorial. Si plus personne ne se hasarderait à conter une histoire de minette et de quadra (où la seule question est de savoir si l’amitié du père d’icelle et du suborneur présumé y survivra), le genre reste intact.Dans l’inconscient collectif, l’été ouvre le champ des possibles, où la sensualité des corps rendus à une forme de naturalité autorise toutes les privautés. On peut assumer. Ou faire porter le chapeau à la perte de repères induite par l’abus de boissons et/ ou de « stupéfiants », après tout, cela marche même devant les tribunaux. L’odeur trop vanillée d’une crème solaire, la chaleur et la promiscuité torride d’une location ou le rabat d’une combi en Néoprène sur des hanches bombesques peuvent en effet altérer sévèrement les comportements.Le plan douche...

Participez à notre grand jeu de l'été ! Remportez des chèques cadeaux d'une valeur de 500 € et un mois gratuit à notre offre de divertissement Hedony !