"SOYEZ VIGILANTS" - Emmanuel Macron a appelé la France à la "vigilance" pour combattre le terrorisme islamiste, après l'attaque à la préfecture de police de Paris. Une demande qui fait écho à celle du gouvernement précédent qui, en 2014, créait un numéro vert pour alerter en cas de radicalisation d'un proche ou d'un voisin. Comment les citoyens s'en sont emparés? On fait le point.
"Société de la vigilance" : qu'est devenu le numéro vert "anti-djihad" ?

La France va-t-elle devenir une "société de vigilance"? Le président de la République a estimé ce mardi 8 octobre, qu'il le fallait, défendant que "les institutions seules" ne "suffiront pas" à enrayer "l'hydre islamiste". Lors de son hommage aux quatre victimes de Mickaël Harpon, Emmanuel Macron, a donc demandé à la "nation toute entière" de se mobiliser. Il y a plus de cinq ans, un numéro vert avait été créé - le 0.800.005.696 - avec le même objectif : celui d'alerter en cas de "radicalisation" d'un proche ou d'un voisin. Toujours actif, avec un interlocuteur disponible dans la minute, quel est son bilan ?  Un numéro sollicité 66.000 fois Surnommée "anti-djihad", la ligne est activée le 29 avril 2014. Bernard Cazeneuve, alors locataire de la place Beauvau, en fait le fer de lance de "la lutte contre le terrorisme". Lancée spécialement pour les familles confrontées à la radicalisation, elle enregistre quelque 600 appels en (...)

Vous aussi vous avez un peu de temps devant vous ? Profitez de 30 jours d'essai gratuit à Prime Video pour voir et revoir tous les films et séries préférés.

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !