Le Norvégien Kjetil Jansrud a remporté vendredi le super-G de la mythique station de Kitzbühel (Autriche), sa première victoire depuis plus d'un an en Coupe du monde, devant son compatriote Aleksander Aamodt Kilde et le local Matthias Mayer, 2e ex-aequo.
Ski alpin: Kjetil Jansrud, le réveil du viking à Kitzbühel

Le Norvégien Kjetil Jansrud a remporté vendredi le super-G de la mythique station de Kitzbühel (Autriche), sa première victoire depuis plus d'un an en Coupe du monde, devant son compatriote Aleksander Aamodt Kilde et le local Matthias Mayer, 2e ex-aequo.

Kilde, qui marque ainsi 80 points, se replace à 20 unités du leader du général son compatriote Henrik Kristoffersen, qui ne court pas les super-G, alors qu'Alexis Pinturault est 3e à 49 points (9e vendredi).

"Je suis très régulier, course après course, on verra ce que ça donne par la suite, peut-être jusqu'aux finales (à Cortina du 18 au 22 mars), s'est réjoui Kilde en conférence de presse. C'est grand ouvert pour le classement général cette année."

- Mayer réjouit le public -

L'une des particularités du week-end de Kitzbühel, c'est qu'il rime presque avec grasse matinée pour les skieurs, avec des courses de vitesse programmées à 11h30, entre une et deux heures plus tard que d'habitude.

Alors que les supporters locaux terminaient leur petit-déjeuner complet en sirotant des canettes de bières, le super-G d'ouverture du week-end a sonné le réveil de Kjetil Jansrud.

Agé de 34 ans, le Norvégien n'avait plus gagné en Coupe du monde depuis plus d'un an et le super-G de Lake Louise (Canada) en novembre 2018, au coeur d'une saison décevante qu'il avait sauvée en remportant le titre mondial de descente à Are (Suède) en février.

Sous un soleil libre de tout nuage et devant un stade plein comme un oeuf, c'est d'abord l'Autrichien Matthias Mayer (dossard 11) qui a régalé en prenant les devants, bras en croix dans l'aire d'arrivée, son nom étant scandé par le public à la suite du speaker, pour un 5e podium sur le super-G de Kitzbühel.

Deux dossards plus tard, Aleksander Aamodt Kilde, ultra-régulier cette saison, est venu égaler le temps de Mayer puis le rejoindre sur le siège du meilleur temps provisoire, un peu petit pour ces deux malabars (environ 1,80 m et 90 kilos tous les deux).

Jansrud a mis fin à leur inconfort en les évinçant du siège, terminant 16 centièmes plus vite. Il signait ainsi sa 13e victoire en carrière sur un super-G, soit le 3e meilleur total historique à ce jeu là derrière son compatriote Aksel Lund Svindal (17), retraité depuis l'hiver dernier, et le légendaire autrichien Hermann Maier (24).

- Jansrud "outsider" pour la descente -

Kjetil Jansrud avait déjà gagné en 2015 la mythique descente de Kitzbühel, programmée samedi sans le tenant du titre italien Dominik Paris, qui s'est rompu le ligament croisé antérieur du genou droit mardi, mettant fin à sa saison.

"J'espère faire la même chose demain en descente, il faut de la confiance et je l'ai eue aujourd'hui, a indiqué Jansrud en conférence de presse. Je ne suis peut-être pas dans les favoris mais je suis l'un des premiers outsiders".

Alexis Pinturault a lui réussi sa journée en terminant 9e (à 1 sec 14), soit 29 points pour le classement général, avant de se concentrer sur le slalom prévu dimanche.

"C'est plutôt une belle course avec le top-10, s'est-il réjoui. Il y a trop de plat et pas de courbes dans le dévers donc c'est dur pour moi de faire la différence sur ce genre de tracés (...) Pour rivaliser avec les meilleurs en vitesse il me manque 10/15 kg, je pèse 82 kg et la plupart des descendeurs pèsent au moins 90 kg!"

Meilleur temps de l'entraînement de la descente jeudi, Johan Clarey est 11e (à 1 sec 14), Nils Allègre 14e (à 1 sec 35), Blaise Giezendanner 16e (à 1 sec 48). Roy Piccard (26 ans), le neveu du champion olympique du super-G 1988 Franck Piccard, a terminé 27e et marqué ses premiers points en Coupe du monde.

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !