Amnesty International salue une décision courageuse qui réaffirme le droit à l'éducation pour des milliers de jeunes filles africaines.
Sierra Leone : "Non à la création d’écoles pour adolescentes enceintes", la cour de justice de la CEDEAO a tranché

La décision était très attendue par les associations qui se sont levées pour dénoncer "une exclusion scandaleuse". La cour de justice de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a ordonné le 12 décembre à la Sierra Leone de "lever immédiatement l’interdiction faite aux jeunes filles enceintes d’aller à l’école".

Une décision contraignante pour le gouvernement

La Sierra Leone avait officiellement interdit aux filles enceintes d’aller à l’école en 2015, à la suite de l’épidémie d’Ebola de 2014, alors que 14 000 d'entre elles étaient tombées enceintes. Selon Amnesty international qui avait exprimé son indignation, des milliers d'orphelines, dont les parents étaient décédés d’Ebola, s’étaient tournées vers la prostitution pour survivre. Pour d’autres, la grossesse était le résultat de viols.

Plusieurs ONG avaient contesté cette interdiction auprès de la cour de justice de la CEDEAO qui a donc tranché en leur faveur. Il s’agit d’une décision contraignante pour le gouvernement sierra-léonais.

La création d'écoles pour adolescentes où quatre matières sont enseignées trois jours par semaine est...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !