Invité de franceinfo, le sénateur RN des Bouches-du-Rhône Stéphane Ravier a dénoncé ce qu'il considère être une connivence entre certains élus municipaux de Marseille et des militants islamistes et accuse Valérie Boyer (LR) et Samia Ghali (sénatrice ex-socialiste).
"Si les militants de l'islam radical sont à la manœuvre, c'est parce qu'ils sont aidés par des élus locaux", accuse Stéphane Ravier, sénateur RN

"Le président enfonce des portes ouvertes, on le vit au quotidien à Marseille", a réagi sur franceinfo Stéphane Ravier, sénateur RN des Bouches-du-Rhône et candidat tête de liste à Marseille, au lendemain du discours d'Emmanuel Macron contre le séparatisme islamiste, à Mulhouse. Un discours qu'il qualifie de "peanuts, d'affichage". Stéphane Ravier assure qu'à "Marseille, l’islamisme se développe". "Les mosquées clandestines ont pignon sur rue, les écoles coraniques aussi", déplore-t-il.

"Si les militants de l’islam politique et radical sont à la manœuvre, c’est parce qu’ils sont aidés de fait par les élus locaux", accuse Stéphane Ravier, dénonçant "une connivence entre les élus municipaux à Marseille et les militants islamistes". Il pointe ainsi du doigt "Madame [Valérie] Boyer, Les Républicains, qui a participé à la création d’une mosquée radicale dans le 12e arrondissement, je pense à Madame Samia Ghali [candidate à la mairie de Marseille et sénatrice ex-socialiste des Bouches-du-Rhône] qui entretient des relations pour le moins ambiguës avec une mosquée, dans le 15e arrondissement". Le sénateur Rassemblement National assume ces...

Bien être - Comment bien dormir malgré le confinement ?

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !