Les photos qui accompagnent le tweet reprenaient les graffitis racistes retrouvés sur les clôtures de l'Insep pour les changer en éloges.
"Si c'était à refaire, nous ferions autrement" : le CNOSF reconnaît sa "maladresse" après avoir publié un tweet pour dénoncer des tags racistes

Biffer des insultes racistes pour les transformer en compliments. Le Comité d'organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 (CNOSF) a créé la controverse, mardi 30 juin, en publiant sur son compte Twitter plusieurs images destinées à dénoncer les inscriptions racistes découvertes deux jours plus tôt sur trois photos d'athlètes qui ornent la clôture autour de l'Insep de Paris. Contacté par franceinfo, le CNOSF reconnaît une "maladresse" et présente ses "excuses".

A la mi-journée, le compte Twitter de l'organisation des Jeux de 2024 a publié un message invitant les internautes à ne pas laisser le "racisme avoir le dernier mot", suivi #TousUnisContreLaHaine. Les photos qui accompagnent le tweet reprenaient les graffitis racistes retrouvés sur les clôtures de l'Insep pour les changer en éloges. Les injures qui barraient les photos du judoka Teddy Riner et de l'athlètre Dimitri Bascou sont ainsi devenues "génie" et "roi".

Ne laissons pas le racisme avoir le dernier mot.#TousUnisContreLaHainepic.twitter.com/pQdnZDKRzB

— Paris 2024 (@Paris2024) June 30, 2020

Problème : de nombreux internautes ignoraient tout de l'existence de ces tags...

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !