Patrick Chadaillat s'insurge sur Facebook de la lettre anonyme retrouvée par une infirmière de sa commune. La missive demande à la soignante d'habiter ailleurs le temps de l'épidémie. 
Seine-et-Marne : le coup de gueule d’un maire contre une lettre anonyme visant une infirmière de sa commune

"Une honte de mettre dans la boîte d’une infirmière cette lettre anonyme, je soutiens et je remercie toutes les infirmières qui font un travail remarquable pour sauver la population." Les mots sont signés Patrick Chadaillat, maire de Vulaines-sur-Seine (Seine-et-Marne), exaspéré : il a partagé mercredi 26 mars, sur son compte Facebook, une photo d’une lettre anonyme adressée à l’une de ses habitantes, infirmière, qui demande à l’administrée de "faire le nécessaire pour partir rapidement" de la commune en raison de sa profession, amenée à côtoyer des malades du coronavirus.

Coronavirus : retrouvez toutes les informations dans notre direct

"Madame, nous savons que vous êtes infirmière et nous vous remercions d’exercer ce beau métier, débute la missive anonyme. Néanmoins vous comprendrez notre inquiétude concernant les risques que vous faites prendre à la commune en côtoyant des gens contaminés. Nous vous demandons s’il serait possible que vous et votre mari alliez résider ailleurs pendant la durée de la contamination pour éviter de contaminer d’autres personnes et de faire vos courses en dehors de la ville."

"De nouveau bienvenus quand tout...

Bien être - Comment bien dormir malgré le confinement ?

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !