L'utilisation des moyens mis à sa disposition pour sa mission d'ambassadrice des pôles est en cause
Ségolène Royal visée par une enquête préliminaire du parquet national financier

Après la polémique, la justice se penche sur les activités de l’ancienne ministre de l’Ecologie. Le Parquet national financier a décidé d’ouvrir une enquête préliminaire visant ses activités d’ambassadrice des pôles, qu’elle est d’ailleurs priée d’interrompre. Ségolène Royal a divulgué le mardi 14 janvier sur son compte Twitter le communiqué l’informant qu’elle était invitée à quitter son poste d’ambassadrice des pôles. Le gouvernement goûtait peu ses critiques répétées à son encontre, et lui a notifié. Elle sera démise de ses fonctions le 24 janvier prochain, en Conseil des ministres.

Au mois de novembre 2019, Radio France avait révélé que Ségolène Royal utilisait les moyens mis à sa disposition par le Quai d’Orsay et le ministère de la Transition écologique en dehors de son poste d’ambassadrice des pôles. Ses collaborateurs au ministère des Affaires étrangères avaient notamment été vus lors de déplacements déconnectés de la diplomatie polaire :des déplacements dans le cadre de sa fondation, des inaugurations de réalisations lancées alors qu’elle était encore ministre, ou encore la promotion de son...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !