Le groupe pharmaceutique, déjà visé pour des faits de tromperie aggravée et blessures involontaires dans cette affaire, a saisi la chambre d'instruction pour contester la décision
Scandale de la Dépakine: Sanofi mis en examen pour homicides involontaires

L’étau se resserre autour de Sanofi dans le cadre du scandale de la Dépakine. Le groupe pharmaceutique a annoncé lundi avoir été mis en examen en France pour « homicides involontaires », confirmant une information révélée par Le Monde. Sanofi avait déjà été mis en examen en février dernier pour tromperie aggravée et blessures involontaires dans l’enquête ouverte en 2016 sur ce médicament anti-épileptique responsable de malformations congénitales et de troubles neurologiques du développement, au cœur d’un scandale sanitaire depuis plusieurs années.

« Le laboratoire a saisi la chambre de l’instruction afin de contester sa mise en examen », précise Sanofi Aventis France, filiale française du groupe, dans un communiqué. « L’ensemble de ces éléments ne préjuge en rien de la responsabilité du laboratoire. Sanofi Aventis France a respecté ses obligations d’information et conteste le bien-fondé de ces poursuites. »

La Dépakine est interdite depuis juin 2018 en France pendant la grossesse et aux femmes en âge de procréer sauf circonstances exceptionnelles. Sa molécule active, le valproate de sodium, commercialisé depuis 1967...

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !