Dans un tchat avec les internautes du « Monde », notre correspondant à Moscou, Benoît Vitkine, est revenu sur le vote de la réforme constitutionnelle, qui se termine mercredi.
Russie : « L’image écornée de Vladimir Poutine ne jouera sans doute qu’à la marge sur le résultat du vote »

Dans un tchat avec les internautes du Monde, notre correspondant à Moscou, Benoît Vitkine, est revenu sur le vote en Russie de la réforme constitutionnelle, qui se termine mercredi 1er juillet.

Eric : Bonjour, pensez-vous que la gestion de la pandémie a pu affaiblir Vladimir Poutine ? Les résultats seront-ils moins flatteurs que prévu ?

Benoît Vitkine : Vladimir Poutine n’est pas apparu à son meilleur durant la pandémie. Il a commencé par la sous-estimer publiquement, croyant, sans doute sincèrement, que les fermetures de frontières suffiraient, puis il s’est mis en retrait, jusqu’à n’apparaître plus que dans son « bunker », comme les Russes ont surnommé le bureau de sa résidence, en banlieue de Moscou.

Surtout, il a transféré sur les gouverneurs la responsabilité de la gestion de la crise, à commencer par ce dilemme qui s’est posé partout ailleurs dans le monde : santé publique contre relance de l’économie. « Vous êtes personnellement responsables », a-t-il dit aux dirigeants régionaux, sans pour autant leur donner de pouvoirs supplémentaires.

Cela dit, cette image un peu écornée ne jouera sans doute...

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !