La grande concertation autour des conditions de travail à l'hôpital a commencé il y a trois semaines et doit aboutir au début du mois de juillet. franceinfo a recueilli le sentiment des participants à mi-parcours.
Réunions à la chaîne "à 40 dont 10 en visio", absence de ministre ou de budget annoncé : le scepticisme des participants au "Ségur de la santé"

Comment se déroule le "Ségur de la santé", lancé fin mai, au plus fort de l'épidémie de coronavirus par le gouvernement et censé améliorer la prise en charge des malades et les conditions de travail des soignants ? Les soignants mobilisés espèrent faire pression sur ces discussions en manifestant mardi 16 juin dans plusieurs villes de France. Une dizaine d'organisations et de syndicats en appellent à l'opinion publique avec ce mot d'ordre : "Vous nous avez applaudis tous les soirs à 20 heures, venez nous soutenir aujourd'hui !"

Ce que racontent tous les participants du "Ségur de la santé" pour l'instant, c'est une fièvre de la "réunionite" géante depuis trois semaines. Un raout à 300 participants le premier jour et depuis, des réunions de groupes, des réunions de sous-groupes, plus une centaine de rencontres bilatérales entre chaque organisation, syndicat, et le ministère de la Santé. Que sort alors de ce tourbillon de rencontres, où en est-on des discussions ? "Il n'y a pas de discussion", répond la docteure Anne Gervais, représentante du collectif inter-hôpitaux.

On a l'impression que les pilotes du chantier, qui sont des gens tout à fait de valeur,...

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !