BAC - Le ministre de l'Education revient sur la gestion de la crise qui a secoué la session 2019 du baccalauréat auprès de nos confrères du Parisien. S'il en tire des enseignements pour l'année prochaine, il est déterminé à faire passer sa réforme du lycée contestée, et prêt à affronter la grève annoncée dès la rentrée.

Après  les menaces sur le déroulement des épreuves du baccalauréat et la grève des correcteurs,  les bacheliers peuvent souffler. Les résultats définitifs de la session 2019 ont été rendus publics ce jeudi 11 juillet. Inébranlable, Jean-Michel Blanquer   dénonce une "tentative de déstabilisation scandaleuse", et compte bien mener à terme sa réforme du lycée, contre laquelle de nombreux enseignants ont prévu de continuer les mouvements de grèves à la rentrée.

Auprès du Parisien, le ministre de l’Education revient sur cette crise inédite, en assurant que "les seuls gagnants doivent être les élèves", et se félicite des premiers effets de sa réforme.  Interrogé sur sa gestion de la rétention des copies du bac, le ministre martèle : "on a donné des notes provisoires, qui ont été remplacées par des notes définitives". Une solution nécessaire pour éviter des "inégalités énormes entre les élèves (...)

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Vidéo : Disparu en 1968, un sous-marin refait surface