Très majoritairement, bars et restaurants ont baissé le rideau, cessant toute activité. Quelques établissements conservent la livraison à emporter.
Restaurants : la vente à emporter, encore autorisée, ne fait guère recette

« Fermé temporairement. » Le message s’inscrit désormais sur la plupart des établissements de restauration en France. « Les restaurants traditionnels ne sont pas structurés pour la vente à emporter. Et le personnel fait valoir son droit de retrait. Même si elle est autorisée, la vente à emporter ne marche pas », explique Laurent Lutse, président de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie, cafés, brasseries (UMIH).

La décision, tombée samedi 14 mars à 20 heures pour une mise en application à minuit, de fermer l’ensemble des bars et restaurants dans l’Hexagone a créé un choc dans la profession. Depuis, l’UMIH, qui estime à 160 000 le nombre de bars, restaurants et hôtels-restaurants en France, les accompagne pour traverser cette période de crise. « Ils doivent faire les démarches auprès des impôts, des banques. Arrêter les prélèvements pour l’eau, l’électricité, les loyers ou la Sacem, et mettre le personnel en chômage partiel », explique M. Lutse. Des démarches d’urgence d’autant plus pressantes quand l’entreprise est petite ou fragile.

Les grandes entreprises de restauration comme...

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !