L'APRÈS 11 MAI - Dans les crèches, certains professionnels s'inquiètent des conséquences d'un excès d'hygiène qui pourrait notamment avoir raison des doudous.
Réouverture des crèches : le doudou, persona non grata ?

A l’approche de la date du 11 mai, les crèches s’organisent pour déconfiner en douceur les tout-petits, tout en assurant autant que possible leur sécurité au sein des établissements. Potentiel vecteur de propagation du coronavirus, le sacro-saint doudou, si cher à nos petits chérubins, sera-t-il persona non grata ? De fait, il est en contact avec la bouche de l'enfant et celui-ci a l'habitude de le laisser traîner un peu partout. Par mesure de précaution, certaines crèches préviennent déjà qu’il ne pourra pas circuler entre la maison et leurs locaux. Il va donc falloir trouver deux doudous.

Une aberration pour Julie Marty-Pichon, du collectif "Pas de bébés à la consigne !", qui s’interroge sur l’intérêt sanitaire d’une telle mesure. "Le doudou est un objet transitionnel qui doit faire le lien entre la maison et le lieu d’accueil. Si vous cassez ça, vous mettez les enfants dans une grande situation de stress", prévient-elle. A quelques jours de la rentrée, les parents, eux, aussi (...)

Profitez d'un mois offert et accéder à des milliers de livres en ligne, jeux en ligne et cours en ligne !