RELOCALISATION - Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire conditionne le soutien de l'Etat du plan de sauvetage de Renault à la condition que le constructeur entame un repli stratégique en France, y compris pour la production de nouveaux véhicules. Une vision qui comprend de nombreuses limites selon Pascal Perri.
Renault pourrait-il vraiment relocaliser en France ses usines russes, roumaines ou marocaines ?

"Les projets d’extension de Renault au Maroc, en Roumanie, en Russie n’auront pas lieu", a asséné Bruno Le Maire sur France 3 le 31 mai. Actionnaire à 15%, l'Etat français, par la voix de son ministre de l'Economie, entend faire pression sur Renault pour que le constructeur investisse davantage sur le sol français. Une demande qui aurait déjà ses effets. Bruno Le Maire se félicite du choix de Renault de quadrupler la production de véhicules électriques en France d'ici 2024 et de développer son futur moteur électrique à Cléon (Seine-Maritime) plutôt qu'en Chine, comme prévu initialement. 

Mais au-delà de ses 'gestes' de Renault pour maintenir l'emploi en France, une relocalisation  stratégique dans l'hexagone est-elle possible ? Sans oublier que la marque française fait partie d'une alliance avec les constructeurs japonnais Nissan et Mitsubishi. Eclairage avec Pascal Perri, économiste à LCI.   Production soutenue au Maroc Largement soutenu par le (...)

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !