Arnaud Decagny se souvient que le PDG de Renault, puis Emmanuel Macron, sont venus féliciter la productivité des salariés de l'usine de Maubeuge. "C'est la parole du président de la République qui est remise en cause", s'indigne-t-il.
Regroupement des usines Renault dans le Nord : "C'est la stupeur, l'incompréhension" pour le maire de Maubeuge

Les usines Renault de Maubeuge et de Douai (Nord) pourraient être regroupées. Les salariés du site maubeugeois sont en grève et l'usine est à l'arrêt, depuis ce vendredi 29 mai, à l'appel de l'intersyndicale. La direction du groupe Renault a annoncé la suppression de 4 600 emplois en France. "Pour nous c'est la stupeur, l'incompréhension", déclare le maire UDI de Maubeuge, Arnaud Decagny. Interrogé par franceinfo, il redoute dans ce regroupement "une fermeture déguisée dans les prochaines années".

franceinfo : Vous partagez l'inquiétude des salariés de votre ville ?

Arnaud Decagny : Je la partage d'autant plus que c'est l'usine européenne la plus performante du groupe de Renault. Le PDG de Renault, Monsieur Jean-Dominique Senard, est venu au mois de septembre féliciter les salariés de l'entreprise pour leur dire qu'ils avaient les meilleurs indicateurs de productivité, de rentabilité, les indicateurs sociaux. I l y a moins de deux ans, l e président de la République a fait de même, donc c'est la stupeur à Maubeuge construction automobile. En plus, c'est un site où le constructeur a investi 450 millions d'euros ces trois dernières années. Ces...

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !