CLARIFICATION - En pleine épidémie du coronavirus, le Premier ministre Edouard Philippe a décidé d'utiliser l'article 49.3 de la Constitution pour abréger les débats autour de la réforme des retraites. Une décision qui déclenche les foudres de l'opposition mais que le chef du gouvernement a justifié sur le plateau du JT de 20H de TF1.
Recours à l'article 49.3 : "Ça n'a aucun lien avec le coronavirus", assure Edouard Philippe sur TF1

Edouard Philippe a finalement décidé de dégainer l'arme du 49.3. Au 13e jour des débats à l'Assemblée nationale sur la réforme des retraites, le Premier ministre a annoncé ce samedi 29 février son choix de recourir à l'article 49.3 de la Constitution, après avoir obtenu le feu vert du Conseil des ministres à la mi-journée. Cette disposition parlementaire lui permet de faire adopter sans vote le texte, contesté dans la rue et sur les bancs de l'hémicycle depuis trois mois. Il sera considéré comme adopté, sauf si une des motions de censure déposées par la droite et la gauche est votée par l'Assemblée nationale, ce qui est paraît improbable. 

Le Conseil des ministres exceptionnel, convoqué samedi pour traiter de la propagation du coronavirus, aura donc été l'occasion pour l'exécutif d'activer en catimini le 49.3. Ce que le patron du Parti socialiste Olivier Faure n'a pas manqué de noter. "Le gouvernement a choisi d'autoriser l'utilisation du 49.3 lors du conseil (...)

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !