Editorial. L'affaire George Floyd et la vague de protestation qui s'ensuit placent le président américain sur la défensive sur deux terrains – la pandémie et la question raciale – qui sont loin d'être les siens et sur lesquels sa gestion s'avère calamiteuse.
Racisme : Donald Trump face au réveil américain

Editorial du « Monde ». Insoutenable, le spectacle de l’agonie de George Floyd, ce Noir américain de 46 ans étouffé sous le genou d’un policier blanc le 25 mai à Minneapolis (Minnesota) n’a pas seulement déclenché des émeutes destructrices.

La révolte qu’a suscitée ce meurtre filmé en direct a provoqué aux Etats-Unis une vague de protestation d’un genre nouveau contre le racisme et les violences policières : Noirs, Blancs, Latinos, hommes et femmes, du centre droit à la gauche radicale, défilent pacifiquement et au coude-à-coude, dans les grandes métropoles comme New York, Los Angeles ou Seattle, mais aussi dans une multitude de petites villes. Il ne s’agit plus d’explosions de colère dans les ghettos noirs, comme le pays en a tant connu dans le passé, ni d’une mobilisation strictement militante, mais d’une opportune lame de fond multiraciale.

D’une seule voix, des Américains de toutes origines non seulement dénoncent les bavures racistes, mais proclament une évidence trop souvent oubliée : « la vie des Noirs compte ». Que des Blancs, qui l’ignorent par définition, admettent massivement la peur de la police...

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !