Au procès des attentats du 13 novembre 2015, plusieurs enquêteurs ont témoigné, décrivant les scènes de crime au Stade de France et sur les terrasses parisiennes.Quelque 120 cartouches..
Procès du 13-Novembre : sur les terrasses parisiennes, "une scène de guerre"AFP

Au procès des attentats du 13 novembre 2015, plusieurs enquêteurs ont témoigné, décrivant les scènes de crime au Stade de France et sur les terrasses parisiennes.

Quelque 120 cartouches tirées en deux minutes trente, 13 morts: "Ce n'était pas une scène de crime, c'était une scène de guerre". Au procès du 13-Novembre, un enquêteur ému a raconté jeudi son arrivée sur les terrasses mitraillées par le commando jihadiste.

"Tous les enquêteurs de notre groupe étaient expérimentés, on avait tous vu beaucoup de scènes de crimes, beaucoup de corps", commence à la barre de la cour d'assises spéciale le policier de la brigade criminelle. "Mais les premiers instants, c'était de la sidération. Il a fallu quelques instants pour commencer à travailler".

Sur l'écran géant placé derrière la cour s'affiche une photo: le bar du Carillon à droite, le restaurant Le Petit Cambodge à gauche, éclairés par deux lampadaires, dans une rue déserte.

A lire : "Rien de personnel": au procès du 13-Novembre, la froide justification de Salah Abdeslam

Au fil de son exposé, l'enquêteur montrera aussi les vitres criblées de balles, les tables renversées, le sol souillé de sang. Jamais les corps des victimes.

Il décrit. "Il y a les enchevêtrements de corps, les taches de sang, les compresses qui ont servi à soigner les blessés". "A ce moment-là, le côté humain, on le met au fond de soi".

Frêle dans son costume noir, lunettes et cheveux peignés sur le côté, "BC099"...

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >