Le procès des sondages de l'Élysée s'ouvre ce lundi pour trois semaines. Cinq anciens proches de Nicolas Sarkozy, dont Claude Guéant, vont devoir répondre de détournements de fonds publics et favoritisme. En tête d'affiche, le conseiller de l'ombre, Patrick Buisson. Protégé par son immunité présidentielle, Nicolas Sarkozy ne compte pas venir témoigner. Mais le tribunal peut l'y contraindre.
Procès des sondages de l'Élysée : cinq proches de Sarkozy devant la Justice

Il sera beaucoup question de lui, mais en son absence. Dans l’affaire des sondages de l’Élysée, Nicolas Sarkozy a évité les poursuites judiciaires grâce à son immunité présidentielle. Mais son bouclier pénal n’a pas protégé ses anciens collaborateurs et proches conseillers, qui comparaissent à partir de ce lundi 18 octobre devant la 32e chambre correctionnelle. Ils vont être cinq, pendant trois semaines, à faire face au président Benjamin Blanchet, le magistrat qui a jugé les époux Balkany en première instance… et délivré un mandat de dépôt à l’encontre de l’ancien maire de Levallois. Un juge calme et ferme à la fois…Dans ce dossier des sondages de l’Élysée, ils étaient six à avoir été renvoyés en correctionnelle, pour des délits de détournements de fonds publics, recel et favoritisme. Mais l’ancien publicitaire Jean-Michel Goudard (le « G » de l’agence RSCG) étant décédé, ils ne seront plus que cinq, ce lundi, à descendre dans la fosse judiciaire de la salle Victor Hugo.Des sondages surfacturésEn tête d’affiche, l’ancien « gourou » du président, le conseiller de l’ombre venu de l’extrême droite Patrick Buisson. Renvoyé pour détournements de fonds publics, cet ancien « stratège »...

Retrouvez vos produits et commandez en ligne ! High-Tech, Cuisine & Maison et Bien-être, retrouvez nos offres !